8 décembre 2010

Le retour d’Etienne Tshisekedi

Catégorie actualité

C’est un vieil homme fatigué et malade qui avait quitté son pays voici trois ans. Qui aurait alors osé parier sur la possibilité d’un « grand retour » d’Etienne Tshisekedi ? C’était compter sans la médecine et surtout sans l’opiniâtreté du vieil opposant, convaincu, aujourd’hui comme hier, que la démocratisation du Congo passe par lui.
Acclamé par la foule de ses partisans (au moment même où le président Kabila faisait son « discours à la nation » devant le Parlement), Tshisekedi est apparu comme une légende vivante : en 1960 déjà, Mobutu avait nommé à la Justice ce Kasaïen hostile à Lumumba, il fut un membre éminent du parti unique jusqu’en 1980 où, courageusement, il rédigea une lettre signée par treize parlementaires rompant avec le Guide.
Tshisekedi fonda alors sa propre formation politique, l’UDPS, Union pour la démocratie et le progrès social, qui se présenta rapidement, dans tout le pays, comme la principale force d’opposition non violente. Durant la dernière décennie du règne de Mobutu, l’UDPS fut un véritable creuset d’où sortirent de nombreux cadres politiques. En 1991, le chef de l’opposition, nommé Premier Ministre par la Conférence nationale souveraine, était devenu l’incarnation même du changement démocratique. A l’époque cependant, l’homme ne prit pas le risque de défier Mobutu jusqu’au bout et il se retrouva démis de ses fonctions, puis spectateur impuissant de l’arrivée au pouvoir de Laurent Désiré Kabila en 1997. Depuis lors Tshisekedi évolue à la fois dans l’histoire et en dehors : il participe aux négociations de Sun City mais le poste de vice président lui échappe, il demande à ses partisans de ne pas s’inscrire sur les listes électorales et de boycotter les premières élections libres…
Contre vents et marées, Etienne Tshisekedi croit toujours en son destin national et son parti compte se mettre en ordre de bataille lors d’un prochain congrès (le premier depuis sa création…).
On aurait tort de conjuguer au passé l’histoire de cet homme de 78 ans, qui sera candidat à l’élection présidentielle : Tshisekedi est aujourd’hui le seul dont le nom provoque des frissons dans les rangs du pouvoir !