21 juin 2021

Lorsqu’un faussaire sévit sur Whatsapp…

Catégorie Non classé

Qui est Vritch Toklok, qui signe un texte sous le label RITP ? Voilà qui sent à plein nez la fausse couverture, le nom d’emprunt, l’intox pure et dure…D’ordinaire, ce type de prose qui se retrouve sur les babillages de Whatsapp ne suscite qu’un geste rapide et définitif : un seul clic et tout est oublié. Les poubelles des réseaux sociaux débordent désormais, plus remplies, sinon plus ingérables que celles de l’histoire. L’ennui, c’est qu’ici l’ « illustre inconnu », dont l’identité réelle n’a aucune importance, a commis une faute, renforcée par une photo empruntée au Soir, la photo qui signe éditoriaux et autres commentaires, un détournement qui pourrait avoir des conséquences. Mais surtout, l’ennui, sinon la malfaisance, c’est que le plagiaire inconnu attribue à la journaliste familière du Congo un texte qu’elle n’a jamais ni écrit, ni signé, ni même pensé. Il s’agît d’une réaction qui aurait été suscitée par le discours prononcé par le président Tshisekedi à Beni, où ce dernier aurait fait preuve d’ « amnésie ».
Reconnaissons le : la journaliste qui s’est abstenue de signer un commentaire personnel à propos de ce voyage, a laissé le champ libre à l’imagination de l’imposteur. Il y aurait cependant eu beaucoup à dire : le courage qu’implique un tel déplacement dans une zone à risque, la volonté de rencontrer les victimes de la tragédie et sans doute de croiser quelques uns de ses acteurs, le danger de susciter des espoirs difficiles à matérialiser, les pièges de l’état de siège.. Gageons que dans les prochains jours, une telle analyse s’imposera, avec à la fois le poids de l’actualité et le recul nécessaire. Le faussaire quant à lui a préféré brûler la politesse et adopter une identité d’emprunt pour lâcher son venin : le propre de la lâcheté n’est il pas de s’avancer masqué ? Ce qui confirme une fois de plus que, par rapport à l’information, les réseaux sociaux ne sont qu’un ersatz, où l’accumulation de textes ni triés ni vérifiés permet à la fois de se sentir plus malin tout en restant ignorant.